Les glaçures

Défauts de glaçures courants : explications et solutions 

Les défauts de glaçures sont courants, et peuvent apparaître à n’importe quel moment de votre apprentissage. Même après des années de pratique ! Donc cela fait partie de la vie du céramiste ou du potier. Et c’est aussi ce qui fait que certains conservent jalousement leurs recettes de glaçures. Il y a tout un savoir-faire derrière leur fabrication. Voilà quelque chose que les acquéreurs doivent savoir… Mais quand on débute l’apprentissage de la céramique, on peut vite contourner les difficultés, tout du moins une partie. C’est pourquoi comprendre les problèmes de glaçure courants va vraiment vous faciliter la vie à l’atelier !

Problème d’application de la glaçure

glaçure trop fine
Source : thelittlepotcompany.co.uk

Une mauvaise application de la glaçure est un des problèmes les plus courants quand on débute. Car souvent on ne s’occupe pas encore de la cuisson, ni du mélange des glaçures. En effet on peut débuter avec des glaçures commerciales ou participer à un atelier avec un potier qui connaît ses glaçures et son four.

Ce qui se passe c’est qu’on applique soit trop fin, soit trop épais notre glaçure, soit de manière inégale.

Quels défauts de glaçures ?

Si l’application est trop fine, la glaçure reste rugueuse et la couleur de l’émail peut être affectée.

Si elle est trop épaisse, la glaçure peut couler du pot. Cela entraine de nombreux autres dégâts :  les couvercles se soudent aux pots, les pièces aux plaques de four, et des cloques peuvent apparaitre sur les objets.

Si l’application est inégale, des taches et des stries dans la couleur et la texture peuvent apparaître.

Comment y remédier ?

Il est important d’apprendre à bien appliquer ses glaçures, pour cela vous pouvez consulter l’article sur les conseils pour émailler.

 

La surcuisson et la sous-cuisson

defaut de glaçure bulles
Source : decobate.com

La deuxième cause la plus commune de défauts de glaçure est une surcuisson ou sous-cuisson de la glaçure.

Défauts de glaçures

Dans les 2 cas, ces défauts peut faire varier les couleurs des glaçures, par rapport à celles attendues. En cas de sous-cuisson l’argile parait peu homogène, rugueuse.

En cas de surcuisson, l’argile se met à couler. Cela peut entrainer toutes sortes d’autres problèmes : la glaçure se met à figer sur les plaques de four, les couvercles fusionnent avec les pots, et on voit même dans les pires cas apparaitre des grosses boursouflures. La glaçure peut même atteindre une température où elle s’évapore. Ça crée toutes sortes d’effets étonnants sur la surface.

Comment y remédier ?

 En cas de sous-cuisson, il suffit de recuire à plus haute température.

En cas de surcuisson par contre, vous ne pouvez pas rattraper votre poterie, mais vous pouvez éviter de détruire d’autres pièces ! Vérifiez vos températures de cuissons avec des cônes pyrométriques, puis si la température est fiable, cuisez moins fort. Et parfois vous aimerez le résultat des surcuissons !

 

Problème d’adhérence entre la poterie et la glaçure

defaut de glacure application
Source : digitalfire.com

Une mauvaise manière de préparer la pièce avant d’appliquer la glaçure peut empêcher celle-ci d’adhérer correctement au biscuit.

Quels défauts de glaçures ?

La glaçure se rétracte, craquelle ou fait comme des gouttelettes.

Comment y remédier ?

La pièce biscuitée doit être propre et sèche. Donc on retire la poussière si nécessaire avant d’émailler avec une éponge ou une souffleuse. Il faut se laver les mains si elles sont grasses et ne pas trop manipuler les pièces.

Si on applique 2 couches de glaçure on s’assure que la première couche est bien sèche avant la 2e couche.

On peut aussi rattraper sa pièce après cuisson, en rajoutant de la glaçure dans les manques, et recuire.

 

Incompatibilité avec l’argile

Comme les vêtements sur les humains, les émaux doivent s’adapter au corps d’argile qu’ils recouvrent. Or avec la cuisson l’argile comme la glaçure vont se dilater en chauffant puis se rétracter en refroidissant. Mais elles ne le font pas forcément avec la même amplitude, cela se calcule et s’appelle le coefficient de dilatation.

Il faut savoir que l’argile n’a pas tendance à se contracter autant que les glaçures lors du refroidissement dans le four. Des problèmes surviennent donc lorsque la glaçure et l’argile ont des coefficients trop différents.

Le trésaillage

défaut de glaçure

La pièce trésaille lorsque la glaçure se contracte plus que l’argile, ça crée une tension, et celle-ci cède en faisant des microfissures. Cela arrive au moment de la dernière phase de la cuisson. À ce stade l’argile est cuite et plus ou moins vitrifiée. La glaçure, elle, est encore liquide, il va lui falloir refroidir et se solidifier.

Quels défauts de glaçures ?

Parfois l’effet est visible à l’oeil nu. Il se peut que cet effet vous plaise ! L’effet peut-être subtil et joli, donc purement décoratif. Mais attention le trésaillage peut s’amplifier avec les chocs thermiques, et l’utilisation courante (si la pièce est légèrement poreuse).Et les impuretés peuvent se glisser et rendre la pièce impropre à l’usage alimentaire.

Comment remédier au tréssaillage ?

Il faudra voir à changer la composition de la glaçure ou bien celle de l’argile (ce qui peut être plus facile) et notamment les éléments qui modifient le coefficient de dilatation. Cela se fait au cas par cas ! Parfois toutefois il y a surcuisson et alors baisser la température de cuisson suffira.

L’écaillage

C’est l’inverse du trésaillage. L’argile se contracte plus que la glaçure qui subit alors une trop grande compression.

Quels défauts de glaçures ?

Cela fait décoller la glaçure de l’argile sous forme d’écaille ou d’éclat.

Comment remédier à l’écaillage ?

À l’inverse du trésaillage, on va  y remédier en augmentant les oxydes à haut coefficient de dilatation dans la glaçure. Ce problème est courant avec des glaçures qui recouvrent l’intérieur d’une pièce de façon épaisse, et appliqué en couche mince à l’extérieur. Alors si c’est le cas on peut modifier l’application.

Glaçure bullée

Ces bulles sont dues à des bosses emplies d’air qui apparaissent sous la surface de l’argile. C’est lors de la montée en température qu’elles se forment, gonflent progressivement.

Quels défauts de glaçures ?

Cela crée l’impression que la pièce a bullé, qu’elle est toute boursouflée.

Comment remédier aux bulles ?

Assurez-vous qu’il n’y a pas de poches d’air dans votre argile. Pour cela concentrez-vous pour réaliser vos pièces avec plus de soin. Vous pouvez vous référer à l’article sur le pétrissage, et sur les fissures dans l’argile pour vous aider. S’il s’agit d’un problème lié à un type d’argile particulier, pensez à ajouter un peu de chamotte à votre argile ou changez de terre.

Picots

C’est le défaut le plus difficile à combattre car il est multifactoriel.  Les picots ou trous d’épingles (plus profonds) ressemblent à des micro-cratères, parfois vraiment petits, mais très caractéristiques.

Source glazy.org

Quels défauts de glaçures ?

Parfois ce sont des petites bulles d’air emprisonnées et on a déjà vu ce phénomène (à la différence que les bulles n’éclatent pas). Mais le plus souvent il y a d’autres facteurs. Demandez vous comment s’est passé la cuisson ? Comment est composée la glaçure ? Il se peut que ce soit des gaz qu’elle contient qui s’échappent et forment ces trous d’épingle.

Comment remédier aux picots ?

Il y a bien des choses à tenter, comme le polissage de ses pièces, allonger le temps de cuisson, le temps de refroidissement, augmenter la température, modifier la composition de la glaçure. Parfois ces essais erreurs sont tellement longs qu’il vaut mieux changer de glaçure. Parfois le problème se résout facilement…

 

Vous comprendrez donc que l’art d’émailler ses poteries demande du temps, de nombreux tests et de la pratique. C’est pourquoi il est très difficile d’aider quelqu’un sans lui proposer de tester ses glaçures et de mieux connaitre sa composition. Mais en comprenant les processus de base expliqués ici, vous pourrez déjà parer à de nombreuses déceptions. Alors à vos glaçures !!

Partager l'article
  •  
    14
    Partages
  •  
  • 14
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *