trouver le temps argile
Débutants

Comment trouver le temps de modeler l’argile ? [7 conseils]

Beaucoup d’entre vous m’ont fait savoir qu’ils voulaient commencer à pratiquer le modelage, le façonnage ou bien le tournage, mais pour plusieurs raisons ils reportent ce projet. Une des raisons principales étant de trouver le temps de modeler l’argile. En effet la céramique est réputée pour être une activité chronophage. Alors comment mettre sa pratique à l’agenda sans tout chambouler dans sa vie ?

Je vais vous donner quelques conseils pour dépasser ce problème, et vous pourrez vous lancer plus facilement !

 

Conseil 1 : Bien choisir sa pratique pour trouver le temps de créer

Mon premier conseil serait: comprendre par quoi commencer. Quand on est attiré par une pratique on veut tout apprendre en même temps ! C’est le meilleur moyen de se disperser (je sais de quoi je parle !).

Je vous invite plutôt à commencer par le modelage ou le façonnage pour “rencontrer” la terre avant de passer à des pratiques plus exigeantes comme le tournage ou l’émaillage. Modeler un personnage ou façonner un bol sont ainsi de bons exercices pour démarrer.

Bien sûr vous pouvez suivre un cours de tournage d’emblée, mais tous les professeurs n’auront pas le temps de vous laisser explorer la terre avant les démonstrations techniques. Si vous aimez le challenge de la technique pourquoi pas ! Mais alterner explorations créatives et apprentissage plus technique vous permet de garder le cap. Si vous ne préservez pas votre motivation, vous risquez de procrastiner. Et rapidement le temps de pratique vous paraîtra impossible à tenir dans votre agenda.

 

Conseil 2 : Installer rapidement son espace de travail

Il faut comprendre qu’il n’y a pas une seule pratique de la céramique, mais de multiples. Si vous allez dans un atelier de potier qui a 20 ans d’expérience pour suivre un cours, c’est évident que vous allez penser : il me faut vraiment tout cela pour pratiquer la céramique ??!

Rassurez-vous, en débutant, votre objectif est de vous mettre à la création, pas encore de monter un atelier ou une production. En ce cas, vous n’avez pas besoin d’acquérir de nombreux outils. C’est le grand bonheur de cette pratique d’ailleurs ! L’argile est un matériau pauvre qui ne coûte pas une fortune (contrairement à la peinture à l’huile par exemple).

De plus, beaucoup d’outils peuvent être “recyclés” depuis votre cuisine. Cuillères en bois, couteau, fourchette, assiette…

Au final il vous faut une table de travail bien stable, de la terre, un bol d’eau, une éponge. Et tout le reste est optionnel !! Quand je donne un cours à des enfants, je prévois aussi des modèles en carton et quelques ébauchoirs. Mais je constate souvent qu’ils s’en servent peu ! Les mains et l’imagination font le travail.  Pour débuter et avoir du plaisir, c’est tout ce dont vous aurez besoin ! 

Bien sûr plus vous pratiquez, plus vous veillez à vous équiper et vous installer au mieux. Vous trouverez une liste d’outils très utiles dans mon guide Démarrer la céramique comme un(e) pro.

 

Conseil 3 : Découper son travail en petites séances

Si vous vous dites que vous allez créer une œuvre en une seule fois, c’est le meilleur moyen de ne pas vous y mettre ! Ne prévoyez pas tout un week-end pour créer si vous avez peu de pratique. Pourquoi ?

  • Travailler la terre est un travail physique et on a tous des limites à respecter. Vous ne commencez pas à courir en vous entraînant 7 heures d’affilée pour un marathon, n’est-ce pas ? C’est la même chose avec l’apprentissage de l’argile.
  • C’est aussi une activité qui fait appel à la créativité, or notre capacité de concentration et nos idées ne sont pas infinies.
  • Façonner l’argile se fait par étape, une séance après l’autre, car il faut apprendre le rythme de la terre. Plus vous serez expérimenté, plus vous pourrez jouer avec ce rythme. Mais pour débuter il faut apprendre à le respecter. La principale difficulté quand on débute est de vouloir aller plus vite que la musique. C’est très tentant à vrai dire car on est impatient de connaître le résultat de son travail.  Je vous invite plutôt à apprécier le chemin de la création.

 

Conseil 4 : Planifier les étapes du projet

Les étapes du projet vont dépendre des états par lesquels l’argile va passer à mesure que l’eau qu’elle contient s’évapore. Pour bien comprendre ce processus, je vous renvoie à l’article : Comment reconnaitre les 7 états de l’argile en poterie ?

Votre projet va avancer petit à petit, et c’est tant mieux ! C’est bien plus facile de trouver une heure  2, 3 fois par semaine, que 5 heures d’affilée ! De plus, à chaque étape votre pièce aura changé d’aspect, vous la regarderez avec des yeux neufs !

Voyons comment gérer notre temps aux différentes étapes  de création : 

  • Façonnage sur terre fraîche : incontournable, c’est l’étape de toutes les expérimentations. L’argile se modèle facilement, et on peut changer les formes à volonté. Par contre la pièce peut rapidement sécher. Il faut donc humidifier régulièrement son travail. On peut s’interrompre très facilement pour de courtes périodes en plaçant simplement son travail sous plastique.
  • Façonnage sur terre consistance cuir : c’est l’étape du travail à la plaque et de l’évidage pour une sculpture (ou pour une pièce qui a une certaine épaisseur). On peut atteindre ce stade en laissant par exemple quelques heures son œuvre sur le plan de travail, ou sous plastique en quelques jours. Le temps exact dépend du climat plus ou moins humide dans lequel vous vivez. Attention une fois la consistance atteinte, il vous faudra travailler efficacement et protéger les parties qui pourraient sécher trop vite. Encore une fois, humidifier son travail régulièrement permet de prolonger cet état.
  • Séchage “babysitting” : cette étape est cruciale, elle nécessite à la fois beaucoup d’attention, mais pas forcément des heures de labeur ! J’appelle cette étape le babysitting. Quand un bébé joue dans son parc vous pouvez lire un livre, mais pourtant vous ne vous éloignez pas trop, pour pouvoir lui jeter un coup d’œil rapide de façon régulière.
  • La cuisson : il y a 2 cuissons à prévoir si vous voulez arriver à une pièce de céramique très durable. Les cuissons prennent du temps car il y a beaucoup de surveillance à prévoir et il ne faut jamais précipiter une cuisson. Mais avec les modèles récents de four électrique équipés d’un contrôleur digital, le temps alloué est plus facile à contrôler. Pour vous sauver du temps, vous pouvez aussi choisir de vous concentrer sur le modelage et déléguer vos cuissons, ou bien encore utiliser de la terre sans cuisson.
  • Le décor : Il est optionnel et vous n’avez pas besoin de tout connaître pour réaliser vos premiers décors. Vous pouvez commencer par des décors avec des engobes ou des sous-glaçures du commerce.  Il y a maintenant un choix immense de couleurs, et vous pouvez obtenir un fini mat ou brillant après cuisson.  Réaliser des tests sur des petites plaques d’argile ou dessiner des motifs préparatoires permet d’exploiter au maximum le temps alloué au décor.
  • Le nettoyage : cette étape est souvent négligée. Il y a un temps non négligeable de nettoyage à prévoir, plus particulièrement avec le tournage.  Dans un cours de tournage, je prévois 20 à 30 min sur 3h de cours. Cela paraît beaucoup, mais en fin de séance on est fatigué et nettoyer à la va-vite est le meilleur moyen de devoir nettoyer à nouveau le lendemain. De plus la propreté n’est pas optionnelle en céramique, il en va de la qualité de l’air qu’on respire autant que du confort de travail.

 

Conseil 5 : Savoir figer le temps

Vous ne trouvez plus le temps nécessaire alors que votre projet est déjà bien avancé ? Vous prévoyez des vacances à l’extérieur, une grosse charge de travail ? Si vous n’êtes pas en mesure de faire ce que j’appelle “le babysitting” de votre pièce, vous pouvez par contre figer le séchage pour conserver vos pièces humides. C’est possible si la terre est encore très fraîche ou à consistance cuir. Pour cela il vous faudra préparer une chambre humide (j’y reviendrai dans un autre article). Cette dernière permet de conserver l’humidité constante autour de votre pièce et de la préserver en l’état pendant des jours voire des semaines.

 

Conseil 6 : Mieux vaut prévenir que guérir

À l’étape du façonnage, si vous associez des morceaux ensemble, une tasse et son anse par exemple, vérifiez bien qu’elles sont totalement soudées en tirant très légèrement dessus. Si cela résiste, l’adhérence des deux parties est bonne. Si vous voulez aller trop vite sans vérifier vos lutations (collage de pièces entre elles) vous allez peut-être découvrir des fissures plus tard…qui seront longues à réparer.  De façon générale, contrôler les zones plus fragiles d’un modelage vous fera gagner du temps.

Vous pouvez aussi choisir de recommencer un projet plutôt que de tentez de cacher un problème. Par exemple, vous démoulez un bol et une fissure se crée. Le processus est rapide, et recommencer le démoulage avec un autre bol vous permet d’apprendre à maîtriser cette étape. Alors que vouloir la pièce parfaite du premier coup va vous pousser à un processus plus long et peut-être des résultats décevants.

En effet rattraper une fissure prend du temps. Il faut souvent s’y prendre à plusieurs fois pour la combler. De plus, le défaut peut réapparaître à la cuisson et il est alors nécessaire de recommencer le projet dès le départ.

Par conséquent, mieux vaut prévenir que guérir !

Si vous voulez bien comprendre comment gérer le séchage, source de beaucoup de frustrations, lisez l’article qui le concerne ici.

 

Conseil 7 : Optimiser son temps de pratique d’un projet à l’autre

Il est intéressant de prendre des notes sur son travail projet après projet. Grâce à cela on peut :

  • Mieux connaître ses capacités, son rythme personnel pour déterminer des objectifs clairs.
  • Avoir une “recette de base” pour ne pas réinventer la roue à chaque projet.
  • Se souvenir des trucs et astuces qu’on a découvert la fois d’après (vos secrets de pratique).
  • Jongler avec plusieurs projets en même temps, la lenteur de transformation de l’argile vous le permet.
  • Éviter de procrastiner ou de se décourager en chemin.
  • Anticiper si l’on a besoin d’acheter de la terre ou de réparer un outil par exemple.

Vous allez ainsi gagner beaucoup de temps sur le long terme !!

Conclusion

À mesure que la passion et l’expérience se développe, vous verrez que vous trouverez plus de temps à allouer à votre pratique. J’espère que ces quelques conseils vous aideront à sauter le pas malgré un agenda exigeant !

 

Partager l'article
  •  
    3
    Partages
  •  
  • 3
  •  

3 Comments

  • Suzanne Authier

    Merci Emilie pour tes souhaits, tes conseils et encouragements.
    Que 2021 soit pour toi et ta famille une année de sérénité, de créations et bien sûr de découvertes; il y en aura forcément avec ton petit bout de chou ! les premières années sont un enchaînement de surprises et d’émerveillement.
    Heureusement tu as réfléchi à la manière de dégager suffisamment de temps pour mettre régulièrement les mains dans la terre !
    Bon courage ! Tes journées seront bien remplies!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *