moule et céramique moulée
Débutants,  techniques

Moulage d’argile pour débutants

Avez-vous déjà pensé à reproduire à l’identique la forme de votre objet préféré ? Il se trouve que c’est possible grâce au moulage d’argile ! Mais attention le métier de mouleur requiert un véritable savoir faire qui peut s’avérer complexe. Cet article s’adresse aux débutants en moulage. Je vous propose un tour d’horizon complet des techniques de moulage vraiment adaptées à l’art de la céramique.

Vous apprendrez comment choisir son type de moule selon son projet, quel matériau choisir (plâtre, terre cuite, bois), quels critères sont essentiels pour l’achat d’un moule ou bien sa fabrication. Plus tôt vous essaierez de mouler des pièces, plus vite vous pourrez en tirer les bienfaits dans votre travail de céramiste. Il vous sera plus facile de réaliser vos propres moules par la suite !

Vous n’êtes pas convaincu ? Pourtant l’intérêt de faire des moules pour un céramiste est énorme. Reproduire ses créations ou le design d’une pièce pour la proposer à un plus grand nombre de personnes, tout en conservant un côté artisanal, est un véritable atout. Cela peut faire une énorme différence dans la reconnaissance de son travail.

Qu’est-ce que le moulage d’argile ?

Les pièces moulées font partie de notre quotidien, on en fait un usage traditionnel depuis des milliers d’années dans la construction, l’habitat, ou la vaisselle par exemple. Les moules obtenus pour la production de masse sont apparus assez récemment dans l’histoire de la céramique : figurines, services de table, bouteilles, composants de plomberie, tuiles, etc. La technique du moulage d’argile est devenue omniprésente dans nos vies. Pourtant c’est seulement depuis peu qu’il est devenu si populaire auprès des artistes qui ont décidé de s’en servir à leur compte pour réaliser des créations uniques. Le moulage est un véritable vecteur d’expression !

Quels sont les principaux types de moules ?

On peut différencier les moules en 2 catégories : les moules durs et les moules souples. On les classe aussi par formes génériques ou bien selon de la méthode de moulage utilisée. Voyons quelques types de moules courants dans un atelier de céramique.

Les moules en bosse

ronds de bosse pour le moulage d'argile

Un moulage d’argile sur rond de bosse se fait sur n’importe quel support convexe, sur lequel la terre fraîche peut venir se draper : terre cuite, plâtre, ballon, saladier, assiette, ou même sac plastique, sac de sable, papier froissé, polystyrène, etc.

Comment s’y prendre ?

On peut recouvrir la forme avec des colombins, des plaques souples que l’on vient déposer sur toute la surface de la forme, ou encore des pastilles d’argile que l’on applique selon une technique appelée, oh surprise !, pastillage.

Quel avantage ?

Les moules rigides sont très pratiques pour mouler des grands saladiers ou tout contenant qui risquerait de s’affaisser sous son propre poids autrement. C’est un bon moyen de débuter le moulage également. Tandis que les moules souples permettent des utilisations plus créatives, on peut pousser dans l’argile pour modifier la forme.

Quelles précautions prendre ?

  • Comme vous le savez l’argile se rétracte au séchage. Sur des formes très convexes, il faut donc retirer la pièce du moule avant que celle-ci ne rétrécisse trop, sinon elle sera impossible à déloger.
  • On s’assure que l’argile est suffisamment fraîche, sinon elle va fissurer.
  • On met un papier journal ou un plastique entre le moule et la pièce pour faciliter le démoulage.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Tourner un bol en terre de tradition japonaise : 3 critères de qualité

Les moules d’estampage et de pressage

moulage d'un poisson en argile avec moule de pressage

crédit : Émilie Coquil – moule de pressage et résultat obtenu

Le moule d’estampage est un moule plat avec peu de relief dans lequel on vient plaquer et presser de l’argile. Il existe une variante nommée moule de pressage qui permet de créer des formes plus concaves (ou en creux si vous préférez). Bonne nouvelle pour les débutants, presser l’argile est une technique facile d’accès.

Comment s’y prendre ?

On peut appliquer une fine couche de savon de moulage sur le moule, et on vient ensuite presser une épaisseur constante d’argile dedans. On laissera durcir jusqu’à ce qu’on puisse retirer le bloc d’argile du moule sans le déformer.

Quel avantage ?

Le moule d’estampage est idéal pour faire des tuiles décoratives ou pour prendre l’empreinte de la main de bébé par exemple.

Le moule de pressage est, lui, très versatile dans son utilisation. On peut créer ce type de moule avec des objets de la nature, comme des coquillages, ou des formes qu’on a façonné soi-même. On peut aussi recycler des objets qu’on a sous la main, c’est écolo et inspirant ! On l’aime donc pour créer des formes plus élaborées sans trop de contraintes.

Autres exemples d’applications

On peut aussi modifier la forme moulée (creuser, ajouter), répéter un motif pressé à l’identique sur un objet, combiner deux formes semblables, comme pour les œufs de Pâques. Finalement on n’est limité que par son imagination et sa maîtrise du moulage !

Quelles précautions prendre ?

C’est parfois utile de faire un petit creux sur le rebord du moule, pour avoir une prise quand la pièce se déloge mal. En effet si on force avec un outil, on risque d’abîmer le plâtre.

Les moules de coulage

moulage d'argile avec un moule de coulage
Moule de coulage

Les moules de coulage, aussi appelés moules en creux sont utilisés pour créer des pièces aux fines parois.

Comment s’y prendre ?

On remplit le moule en plâtre de « terre de coulage » c’est-à-dire d’argile sous forme liquide.Le moule est poreux (car en plâtre, si vous suivez bien 🤞), il va progressivement absorber l’eau contenue dans la barbotine tout le long de la surface interne. La magie opère, la barbotine en contact avec la surface du plâtre se raffermit sur quelques millimètres, c’est le phénomène de la prise. Plus on attends plus l’épaisseur augmente. Quand la couche d’argile raffermie est suffisamment épaisse, on retourne le tout, et on vide l’excédent d’argile liquide. Le processus de séchage continue jusqu’à ce que la pièce puisse être démoulée.

utilisation d'un moule de coulage par étape
moule de coulage – étapes

Quel avantage ?

Cette technique est idéale pour certaines formes fermées comme des vases ou des bouteilles.

Quelle précaution prendre ?

Il faut bien respecter le temps de séchage pour obtenir l’épaisseur voulue. Pour le connaître il faut réaliser des tests.

Le moulage d’argile permet-il de tout mouler ?

OUI, MAIS…

Il nous faut alors des moules en plusieurs pièces.

Ils sont constitués de plusieurs morceaux de moules qui s’imbriquent les uns dans les autres. Les réaliser demande une certaine expérience du moulage de l’argile. Donc je ne m’étendrai pas trop sur le sujet dans cet article.  Mais sachez qu’ils sont conçus pour éviter les contre-dépouilles.

La contre-dépouille est LA notion à retenir au sujet du moulage d’argile, mais elle n’est pas toujours évidente à comprendre quand on débute. Ok, il faut un peu de défi dans l’apprentissage quand même ! 😊 Alors je vous propose un petit exemple :

Imaginez la scène : un pickpocket veut vous “dépouiller” de votre portefeuille 😱, mais vous avez vu le coup venir et vous résistez en recourbant votre main sur celui-ci. Il tire tout droit et rien ne vient ! Eh bien votre main fait office de contre-dépouille ! De même quand le plâtre a durci il devient d’un seul bloc, il n’a donc aucune souplesse. Votre pièce d’argile fraîche doit se démouler sans résistance dans un angle bien précis. Mais la pièce peut être bloquée dans le moule par un recoin qui la retient, la fameuse contre-dépouille ! (comme votre main sur votre portefeuille). Vous tirez et rien ne vient. Misère.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Poterie sans tour : bases du façonnage au pot pincé 1/2

Imaginez maintenant 3 voleurs qui vous attaquent depuis 3 côtés différents en même temps 😱😱😱. Vous allez tenter de résister, mais l’un d’eux se glisse derrière vous et prend votre portefeuille ni vu ni connu. De même, un moule à plusieurs pièces comprend des morceaux qui partent chacun dans une direction unique. Cela va permettre de déloger facilement l’objet modèle.

Je vous ai préparé un dessin pour bien intégrer la notion :

comparatif entre un moule en un seul morceau et l'autre en trois morceaux
à gauche : moule 1 pièce / à droite : moule en 3 pièces pour éviter la contre-dépouille

Comment choisir le matériau de son moule ?

L’argile biscuitée et le plâtre sont les principaux matériaux de fabrication des moules car ces deux matières absorbent l’humidité de l’argile, ce qui permet un séchage rapide.

La terre biscuitée

C’est un bon choix si on veut obtenir des effets d’imprimés sur la surface ou tourner ses propres moules. Aussi la pièce se retire facilement car le biscuit reste poreux. Mais la surface moulée ne sera pas totalement lisse.

Le plâtre

Le moule en plâtre absorbe l’humidité et on peut en poncer la surface. Mais le plâtre est un matériau tendre et après une centaine de pièces réalisées, des traces d’usure vont apparaitre. Il faut aussi avoir un espace dédié à l’atelier pour travailler le plâtre qui peut contaminer l’argile. Utilisez plutôt du plâtre de Paris pour un bon résultat.

Le bois

Contrairement au plâtre il ne laisse pas de microparticules dans l’argile, et puis on peut le choisir pour obtenir des effets de matière. Sachez qu’il existe d’autres matériaux, mais ceux-là sont les plus classiques.

 

Faut-il plutôt acheter ses moules ou les fabriquer  ?

Chaque solution a ses avantages à vrai dire, les voici :

Choisir ses moules dans le commerce permet :

  • De gagner du temps,
  • Une grande variation de prix et de qualité,
  • Peut aider dans le cas de formes très complexes.

Faire ses propres moules :

  • Demande du temps et de la pratique,
  • On obtient exactement la forme que l’on souhaite,
  • On peut faire des tests,
  • C’est peu onéreux,
  • C’est parfois très complexe pour certaines formes.

Obtenir ses modèles d’un autre céramiste donne accès à :

  • Des formes originales,
  • Des pièces parfois vendus en lots,
  • Des idées pour transformer une collection,
  • Des idées pour détourner l’usage de vieux moules impossibles à trouver sur le marché.

 

Vous l’aurez compris, la fabrication de moules peut devenir complexe, mais cette pratique fait parti des aspects du métier de céramiste. C’est donc important de manipuler et tester ces différents moules. Si on comprend mieux comment ils ont été conçus, on les utilise mieux ! J’espère que cet article va vous inciter à faire l’usage de vos premiers moules. Si vous souhaitez apprendre à faire un moule en plâtre, inscrivez-vous à mon infolettre pour ne pas manquer la sortie de l’article à ce sujet.

Le moulage d’argile vous impressionne-t-il encore ? Quelle type de moulage vous parait le plus accessible ? Quel objet aimeriez vous mouler ? Je vous invite à réfléchir à un projet et à me le partager en commentaire ci-dessous 👇

Partager l'article

6 commentaires

Laissez vos commentaires et questions, j'y répondrai avec plaisir !