Culture céramique

Atelier de poterie : comment bien l’aménager ?

Une petite idée, un rêve à germé dans votre tête : aménager votre atelier de poterie à la maison, dans une remise, un garage ou bien dans un espace dédié à la céramique. Ou vous avez plutôt décidé de louer un local commercial ?

Quelle que soit votre situation, j’aimerais vous accompagner dans cette belle aventure d’aménagement . Au fil des années, j’ai pratiqué dans deux écoles de céramique avec des organisations bien différentes, j’ai testé 4 studios de poterie en plus d’une pièce dans mon appartement. Ces expériences ont toutes été précieuses pour que aujourd’hui j’organise mon propre atelier tranquillement et vivre le bonheur au travail !

 

Pourquoi aménager un atelier de poterie ?

Vous avez de nombreux avantages à aménager votre propre atelier de céramique, vous allez :

Gagner en liberté

Si vous avez découvert la céramique en vous inscrivant à un cours de poterie, vous avez pu profiter d’un atelier bien fourni en outils et du plaisir de découvrir vos pièces après cuisson ! Quelle joie, mais que d’attente aussi avant de profiter du résultat final !

Si vous avez commencé à pratiquer la poterie à la maison, vous avez accumulé quelques outils de travail, un peu d’argile et quelques pièces. Mais peut-être que vous commencez à vous sentir un peu à l’étroit sur la table de la cuisine, sans parler de la poussière d’argile !

Selon votre cas, vous gagnerez en liberté d’action avec un espace de création à vous. L’idée n’est pas de trouver un atelier idéal sans aucune contrainte, moi plutôt choisir celles qui vous conviennent.

Mieux organiser sa production

La céramique demande un minimum de surface de travail. Un espace bien organisé va vous permettre de produire davantage de pièces d’argile.

Essayer de nouvelles techniques

Si vous pouvez laisser votre travail sécher doucement et y revenir quand bon vous semble, vous pourrez construire des projets plus complexes que si vous avez un accès limité à un espace.

Mieux connaître le céramiste en vous

Vous allez comprendre quelle technique et quel rythme de travail vous conviennent au stade où vous en êtes. Cela va vous donner plus d’assurance et plus de plaisir à travailler la terre !

Finalement choisir son atelier c’est se donner un véritable élan pour devenir céramiste professionnel !

 

Comment choisir son atelier de poterie ?

étagères d'atelier de céramiste

Types de lieux existants

Vous aurez bien des possibilités, en voici quelques unes pour démarrer vos recherches :

  • Un espace fixe loué dans un atelier de poterie déjà en fonctionnement
  • Une cohabitation dans un atelier de sculpture, de mosaïque
  • Une salle dans un centre communautaire ou une coop qui vous prête son four
  • Un garage, un chalet ou un cabanon
  • Une pièce en retrait ou détachée du logement avec une ouverture sur l’extérieur
  • Un local commercial avec pignon sur rue
  • Un atelier d’artiste
  • Un local dans un building industriel

Surface au sol

Je vous conseille 5 à 6 mètres carré minimum, ça semble peu, mais c’est suffisant au début. Si vous louez cet espace dans un atelier plus grand, vous ne vous sentirez pas confiné. Vous pourrez même négocier de mettre votre four en retrait de votre espace.

Éclairage

Un atelier de céramique nécessite un très bon éclairage. Vous pouvez opter pour des néons ou des ampoules “lumière du jour”. Si vous avez des fenêtres c’est encore mieux. C’est un critère essentiel pour pas mal de céramistes !

Chauffage

J’ai travaillé dans plusieurs ateliers de poterie non chauffés (même en hiver au Québec !). C’est faisable si vous trouvez un petit chauffage d’appoint ou qu’il fait bon dehors. Mais attention au gel ! Votre terre va geler en dessous de zéro et elle deviendra inutilisable.

Eau

Une arrivée d’eau à proximité n’est pas indispensable mais très appréciable. Vous aurez besoin de laver votre atelier régulièrement, de nettoyer vos mains ou encore d’humidifier votre terre.

Accessibilité

Évitez en tout cas les lieux exigus ou situés à l’étage sans monte-charge. Dans les building industriels vous aurez des quais de chargements. C’est bien apprécié quand vous rapportez votre nouvelles boites d’argile de 20kg du magasin !

 

Comment organiser la vie d’un atelier de poterie ?

cohabiter dans un atelier

Cohabitation

Je vous conseille de vous rapprocher d’artisans dont le travail n’interfère pas avec le vôtre. Je partage mon atelier avec un artisan mosaïste, cela ne pose aucun problème car nous utilisons les mêmes produits. Un peintre pourrait accepter de cohabiter si vous nettoyez régulièrement votre atelier. Il est bon d’en discuter à l’avance pour connaître les objectifs et les attentes de chacun . Vous pouvez même établir quelques règles avec un contrat de cohabitation .

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Céramiste, un métier passion

Propreté

Comme dans une maison, moins il y a de recoins plus l’espace est facile à nettoyer. Laver le sol après chaque pratique peut paraître fastidieux pour certains, mais c’est très important pour éviter de respirer la poussière d’argile qui contient de la silice .

Aération

Une bonne aération diminue l’accumulation de poussière. Installer une aération professionnelle vous permettra d’évacuer les gaz toxiques qui s’échappent du four durant les cuissons de façon sécuritaire. Si vous n’avez pas ce type d’aération, vous pouvez cuire vos pièces la nuit mais surtout ne restez pas dans les parages.

Décor

Faites-vous plaisir ! L’atelier de poterie est votre petit coin de paradis ! Organisez un endroit de détente où vous pouvez faire des pauses, vous relaxer ou discuter de vos futurs projets. Ajoutez une petite touche de déco avec des plantes, des images, des objets inspirants et des magazines de céramique.

 

Quelle zones d’activité pour un atelier de céramique  ?

Zones d’activités à connaitre

Voici une liste de toutes les activités qui rythment un atelier de céramique et les zones qui y sont dédiées.

  • Zone façonnage : Elle contient les établis avec vos outils de modelage ou de sculpture. Vous pourrez aussi y pétrir votre terre ou créer vos décors. C’est une zone assez versatile.
  • Zone tournage : Positionnez vos tours proches de l’arrivée d’eau si vous pouvez. Vous pouvez la coupler avec une zone de recyclage de l’argile.
  • Zone d’émaillage : L’émaillage doit se faire dans un espace en retrait. Ne mélangez pas vos glaçures à proximité des zones de repos !!
  • Zone de cuisson de pièces : La zone dédiée aux cuissons doit être en retrait du reste de l’atelier, voire dans une pièce à part et sur un sol de type béton. Les fours sont ainsi à une distance sécuritaire de tout élément inflammable.
  • Zone de moulage : Elle est facultative. Le plâtre contamine l’argile, donc idéalement elle est à l’opposé de la zone de tournage.
  • Zone de stockage des pièces : Pensez à séparer cette zone en 3 parties, une étagère pour le séchage, la 2ème pour les pièces émaillées non cuites, la 3ème pour les pièces cuites.
  • Zone d’emballage et de présentation : prévoyez un meuble qui contient ruban, scotch, étiquettes, rouleau de papier d’emballage sur lequel vous pourrez préparer vos colis. Vous pourrez aussi y installer une étagère de présentation pour vos pièces les plus réussies à l’attention de vos clients.
  • Zone de repos et transition : il s’agit d’un petit coin pour stocker les chaussures de l’atelier, les tabliers, mettre une table, ou un fauteuil et accueillir les visiteurs. Accrochez quelques pièces ici aussi est assez stratégique. Vous pouvez enfin y monter une bibliothèque de livres sur la céramique.

Erreurs  à éviter

  • La plus grosse erreur c’est de négliger votre santé et votre sécurité. Donc l’émaillage et les cuissons doivent être dans un espace adapté.
  • Ne vous inquiétez pas, si votre espace est restreint, vous pouvez vous organiser ! Il vous faudra stocker efficacement en étiquetant les boites, en utilisant des pots, des étagères. Vous apprendrez à nettoyer les espaces de travail entre les activités, et à planifier vos activités pour passer efficacement de l’une à l’autre. Ce n’est pas compliqué, mais souvent on néglige cet aspect. 👉 Le truc d’une amie céramiste : elle crayonne ses objectifs de la journée directement sur le canevas de sa table à pétrir, ça fait partie de sa routine ! Un petit carnet fait très bien l’affaire aussi. 😀 Noter les étapes de son travail est un moyen simple de rester efficace et réaliste dans ses attentes.

 

Quel matériel est nécessaire ?

Les outils

Je vous invite à télécharger le guide Débuter la céramique comme une pro sur la page débutant, où vous trouverez tous les outils nécessaires pour démarrer votre activité et où les acheter.

Les équipement indispensables

four à céramique électrique ouvert

La table de pétrissage

C’est la base de la base. Vous allez y pétrir la terre, et au début y façonner vos pièces. Ensuite vous pourrez prendre un établi pour séparer les deux activités.

Le four à céramique

Vous ne pouvez pas cuire dans votre four ménager. Les cuissons se font à très haute température. Utiliser un four à céramique impressionne toujours les débutants. Sachez qu’il existe maintenant des petits fours électriques de tests très faciles d’utilisation et compacts. Vous vous habituerez vite à leurs fonctionnements. Vous pouvez même le louer. Vérifiez qu’il est livré avec ses accessoires : Plaques de four, piliers, pièces pour boucher les regards (trous) du four, prise, etc.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  bol à thé traditionnels : 9 formes inspirantes pour mieux tourner

Les étagères de stockage des matières premières

Achetées ou construites, c’est selon votre budget. Le plus important est qu’elles soient stables et larges. On peut ajouter des renforts horizontaux entre les pieds de table pour éviter qu’elle soit branlante. Mettez vos matières premières dans des contenants hermétiques le plus possible.

👉 Un truc à connaitre : fixez une planche sous la table de pétrissage au niveau des renforts, et stockez-y votre terre. Vous gagnez ainsi beaucoup de place, la terre est facilement accessible et votre table parfaitement stable.

Les étagères de stockage des pièces en argile

Idéalement vous aurez une étagère dédiée au séchage des pièces crues. J’aime prendre une armoire qui ferme pour limiter totalement les courants d’air.

Nous l’avons vu, séparez les pièces biscuitées des pièces émaillées. Prenez une étagère avec des planches de bois amovibles. Vous n’aurez pas à trop transvaser vos pièces, c’est un vrai gain de temps !

Le tour

Il n’est pas forcément indispensable. Vous pouvez réaliser des pots, des vases, et même des tasses sans tour. Mais si vous voulez acheter un tour demandez-vous si c’est pour : découvrir l’activité ? faire de la production en série ? donner des cours de tournage ?

En somme voulez-vous que le tournage soit au centre de votre pratique ? Prévoyez de l’espace de circulation et tentez de dénicher des tours d’occasion, c’est bien moins cher !

 

Les équipement plus volumineux

pug-mill-shimpoCertains équipements sont plus encombrants et pas forcément adaptés à votre pratique. On peut s’équiper progressivement au besoin. Mais sachez qu’ils existent.

    • L’extrudeur pour faire des gros tubes d’argile
    • Le compresseur pour nettoyer vos pièces
    • Le mixeur de barbotine
    • Le pug mill pour recycler l’argile
    • La chambre de vaporisation
    • La galetteuse pour faire des plaques
    • Le support à sculpture

 

 

 

Sécurité des lieux : à quoi penser ?

Respecter les normes de sécurité

Vérifiez que l’électricité est aux normes, et assurez-vous que vous pouvez exercer une activité commerciale dans ce lieu si votre objectif à long terme est d’en vivre.

Souscrire à une assurance

Prenez une assurance auprès d’une société qui connaît bien le monde de l’artisanat. En France vous trouverez de nombreuses informations à ce sujet sur le site de l’artisanat.fr

 

Budget : comment s’y prendre ?

tirelire rose en réflexion

Déterminer ses objectifs

Votre budget va dépendre de votre compte en banque mais aussi (et surtout !) de vos objectifs. Souhaitez-vous gagner votre vie avec la céramique ? Vous faire un petit complément de revenu ? Mettre en place des cours pour enfants ou bien tout simplement faire de l’art pour votre plaisir ? Imaginez votre objectif sur 6 mois, un an, 3 ans, 5 ans. C’est important car on a tendance à prévoir à trop court terme (3 semaines) ou à trop long terme (10 ans). Si c’est votre passion, elle va grandir un peu tous les jours !

Ensuite seulement établissez votre budget en reprenant tous les éléments de dépense qu’on a évoqué plus haut.

 

Réduire ses coûts d’installation

  • Utiliser des outils recyclés comme je l’explique dans mon guide Débuter la céramique comme un(e) pro (à télécharger en fin d’article) 👇 .
  • Accéder à des bourses d’installation (avec la SODEC au Québec par exemple)
  • Faire du Financement participatif va financer une partie de votre installation, en plus de vous faire connaître ou partager avec votre entourage votre nouveau projet.
  • S’installer avec d’autres artisans céramistes : Il est possible de réduire ses coûts en partageant le prix du loyer, de l’électricité, des transports et des achats de certaines terres et glaçures, ainsi que tout ce qui s’achète en gros comme les cartons d’emballage. Vous pourrez aussi participer à des marchés et des salons ensemble et partager votre table d’exposant. Petit à petit vous allez réduire drastiquement vos coûts.

 

Pour résumer

Aménager un atelier de poterie peut donc se planifier à l’avance. L’aménagement de l’espace peut se faire progressivement, ne soyez pas trop pressé ou exigeant ! Vous n’avez pas besoin d’avoir un atelier idéal dès le départ, l’important est avant tout de pratiquer la céramique.

Mais si vous prenez en compte tous les critères que nous avons évoqués : le lieu, la vie à l’atelier, les coûts, la cohabitation, les équipements, la sécurité et le budget, cela rendra votre expérience plus agréable dès le départ.

Je vous propose un petit exercice aujourd’hui ! 🔖 Notez sur un papier les 2 critères qui vous paraissent essentiels et les 2 moins importants. Cela fera grandement avancer votre recherche ! Partagez-les moi en commentaire !! 👇

Partager l'article
  •  
    1
    Partage
  •  
  • 1
  •  

2 commentaires

  • Ploc

    Bonsoir! J’ai lu dans votre article que le plâtre “contaminait” l’argile? Qu’est-ce que cela signifie? J’ai pour habitude de faire sécher ma terre (de récup) sur une plaque de plâtre :/ Fausse bonne idée? Parce-que c’est bien pratique je trouve :p .

    • Émilie C.

      Bonsoir Ploc ! La poudre de plâtre peut provoquer des accidents lors de la cuisson des pièces d’argile si elle s’y glisse. Mais oui, bon nombre de céramistes font sécher leur terre sur une plaque de plâtre, et personnellement je n’ai pas eu de problèmes jusqu’ici. Il faut juste faire attention à ce que des débris de plâtre ne s’y glissent pas. Et de façon général ne pas travailler le plâtre dans un coin où il y a de l’argile !

Laissez vos commentaires et questions, j'y répondrai avec plaisir !