poterie sans cuisson
Débutants

Poterie sans cuisson : 4 moyens faciles pour bien la conserver

Durant votre pratique, il arrivera sûrement un moment où vous serez confronté à cette question : Comment conserver une poterie avant d’arriver au stade de la cuisson ? Vous voudrez peut-être la conserver humide…En effet une pièce qui sèche trop vite pour votre rythme d’apprentissage pousse parfois à abandonner un projet.
Dans d’autres cas, vous aurez effectué le séchage, mais souhaiterez finalement conserver votre poterie sans la cuire. C’est l’accès à un four de cuisson qui manque et vous ne savez pas comment gérer des pièces sans les cuire. Que vous soyez inscrit dans un atelier de poterie, en train d’installer un petit atelier de céramique maison, ou que vous souhaitiez découvrir cette pratique, vous aurez à trouver vos repères dans l’élaboration de vos poteries.
Cet article va vous permettre de tester des solutions tout en continuant d’approfondir votre apprentissage de la céramique !

Pourquoi conserver une poterie sans cuisson ?

Il peut y avoir plusieurs raisons. Peut-être voulez-vous garder votre poterie humide pour la retravailler plus tard ? Vous voulez créer une pièce de grande envergure en plusieurs morceaux ? Il existe des techniques qui vont vous libérer du temps pour travailler à votre rythme.

Il se peut aussi que vous ne soyez pas prêt à créer avec toutes les contraintes que la cuisson implique (évidage, gestion des bulles d’air, etc.). Ou bien vous ne voulez pas cuire du tout vos pièces car vous n’avez pas accès à un four ou vous n’avez pas appris à vous en servir. Si vos pièces restent décoratives, vous pouvez faire ce choix. Nous allons voir comment vous donner cette liberté.

Créer une chambre humide

Vous voulez garder votre pièce humide avec une technique rapide à mettre en œuvre ? La chambre humide est idéale avec les grandes sculptures qui ne tiennent pas dans une boîte, mais elle fonctionne quelle que soit la taille de votre création. Cela vous permet de conserver une poterie humide pendant plusieurs semaines voire davantage si vous vérifiez régulièrement l’état de votre chambre humide.

Pour installer une chambre humide il suffit de quelques plastiques assez épais (pas du film étirable, mais des vrais plastiques épais). Ensuite il vous faut :

  • Envelopper sans l’étouffer sa pièce totalement de plastique. On pique quelques trous dedans (avec votre outil indispensable, l’aiguille de potier).
  • Déposer un linge humide sur la pièce en évitant que celui-ci déforme la pièce.
  • Donner un coup de spray d’eau sur le plastique pour plus d’humidité.
  • Recouvrir le tout d’un autre film plastique. On crée ainsi un air saturé en eau.

Attention à la condensation, on la reconnaît si on commence à voir apparaître des gouttes. Les petits trous dans le plastique vont éviter cela, mais on peut aussi refaire sa chambre humide au besoin.

À l’inverse il faut bien s’assurer que la pièce est “sur et sous plastique”. L’air ne doit pas passer du tout en dehors des petits trous d’aiguille.

 

Fabriquer une caisse humide

Cette technique est très efficace lorsqu’on a beaucoup de petites pièces à conserver humides. Par exemple si on décide de tourner des pièces à conserver humides, ou de faire des bijoux, des textures pour une future sculpture qui va prendre du temps à être modelée. Aussi on peut prévoir des caisses de tailles différentes en fonction du type d’objets qu’on veut créer.

Il s’agit de couler dans une caisse hermétique relativement large un fond de plâtre d’environ 3 cm d’épaisseur. Lorsque le plâtre est solidifié mais contient encore une bonne quantité d’eau on y met ses pièces à consistance cuir et on referme la boîte. Au bout de quelques jours, on peut ouvrir la boîte, et les pièces seront toujours à la même consistance cuir. Alors qu’elles auraient durci totalement à l’air libre.

J’adore ce système car il est relativement propre. Il ne nécessite pas l’usage de nombreux films plastiques, ne crée pas de condensation, et évite toutes les mauvaises surprises liées au courant d’air. Préparer la boîte peut prendre un certain temps, mais ensuite on s’en préoccupe peu.

 

Renforcer la surface des poteries sèches avec huiles ou vernis

Une poterie sans cuisson pose un vrai problème de conservation. En effet l’argile sèche est fragile et s’effrite. La majeure partie de l’eau contenue dans la terre s’est alors évaporée et l’argile n’est plus plastique.

Mais si vous renforcez sa surface suffisamment, vous réglez en partie le problème. Attention, des pièces qui nécessitent d’être manipulées souvent resteront tout de même assez fragiles dans le temps. Utilisez ces techniques pour des pièces décoratives.

L’huile de lin

Saturer votre pièce d’argile avec l’huile de lin est une bonne solution. L’huile est siccative, c’est à dire qu’elle accélère le durcissement. L’huile de lin a une odeur, mais pas désagréable, et c’est un produit totalement naturel.

Il vous faudra toutefois vous armer de patience. En effet il faut mieux tiédir l’huile pour la fluidifier afin qu’elle sature bien la terre et ne pas hésiter à en remettre des couches sur la surface dès que l’huile est absorbée.

Le vernis-résine

Vous pouvez passer plusieurs couches de vernis-résine sur votre poterie une fois sèche. Vous allez renforcer la surface avec une coque protectrice. Donc l’intérieur reste toute de même plus fragile qu’avec l’huile de lin. Mais cette technique ne demande pas autant de temps et le rendu peut être brillant ou mat. Ces vernis se trouvent dans les magasins de bricolage ou de loisirs créatifs. Vous pouvez consulter le Guide pour débuter la céramique comme un(e) pro pour en savoir davantage.

Surtout n’utilisez pas ces poteries pour un usage alimentaire.

 

Utiliser de l’argile sans cuisson

Si vous ne voulez pas cuire vos pièces, l’argile sans cuisson est aussi une bonne solution. Vous pourrez en apprendre davantage dans l’article Argile sans cuisson, bonne ou mauvaise solution ?

Elle est composée de terre naturelle, mais aussi de résine ce qui va lui permettre de durcir à l’air. Elle est donc destinée à la poterie sans  cuisson dans un four de céramique. Certaines argiles étiquetées autodurcissantes ne contiennent toutefois que de la cellulose comme me l’a certifié mon fournisseur au Québec et peuvent donc se cuire si jamais vous changez d’avis.

Toutefois une poterie en argile sans cuisson durcit mais reste quand même assez fragile et s’effrite si on lui remet de l’eau. On gagne donc à la protéger davantage avec le vernis décrit précédemment.

On peut faire d’une pierre deux coups en la décorant tout en la solidifiant.
Pour cela appliquez une sous-couche bouche-pores et ajoutez par dessus une peinture pour porcelaine ou multisurfaces. Certaines sont à effet et se rapprochent davantage du rendu d’un émail. L’acrylique est plus recommandé avec les enfants, ou des grands débutants, car moins complexe à utiliser et elle fait son effet aussi ! 😊

 

J’espère que ces conseils faciliteront vos premières explorations avec l’argile et surtout vous permettront de continuer à créer quelque soit votre rythme ! N’attendez pas d’acquérir un four pour créer. N’abandonnez pas vos projets parce qu’ils sèchent trop vite ! Il y a toujours des alternatives ! Si vous en avez d’autres, partagez-les moi en commentaires !! 👇

Partager l'article
  •  
    13
    Partages
  •  
  • 13
  •  

9 Comments

  • Marion

    Bonjour Emilie,

    Merci BEAUCOUP pour ces conseils!!!

    J’ai un doute concernant la chambre humide, faut il d’abord envelopper la pièce de plastique puis d’un linge puis d’un deuxieme plastique ou poser un linge humide directement sur la pièce puis d’un plastique sur lequel on donne un spray d’eau ?

    Et troues tu le deuxième plastique?

    MERCI!

    Marion

  • Asmae Laraqui

    Bonjour Émilie,
    Merci pour tes bon conseils et la façon de gerer ton blog. Je suis artiste céramiste et je te souhaite une bonne continuité et beaucoup de succès
    Asmae

  • Bomans

    Bonjour Emilie, sur le site Youtube de Hashimoto Shinobu, j’ai pu voir qu’il conservait ses pièces humides dans des boites en frigolite.
    Boites que l’on peut trouver dans les magasins pour les professionnels de l’horeca. Et apparemment, les céramistes japonais utilisent facilement cette méthode …
    Moi, je garde simplement sous plastique jusqu’au lendemain, de cette façon je peux tournasser ma pièce à l’aise et jusqu’à ce que j’ai complètement terminé mon travail sur la pièce, elle restera sous plastique, ce qui me permet d’y faire les corrections nécessaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *