crocodile-argile
Culture céramique,  Débutants

Céramiste, un métier passion

Céramiste, c’est un métier passion que j’ai découvert sur le tard. Si vous lisez cet article, c’est peut-être que ce métier vous intrigue ? Est-ce que vous saviez qui vous vouliez être dès l’enfance ? ou bien pensez-vous plutôt à réorienter votre carrière régulièrement ? Personnellement j’ai toujours su que je serais dans les arts, mais il m’a fallu des années pour assumer comment.
Installée à Montréal depuis une dizaine d’années. Je pratique l’art de la lithographie sur porcelaine, la sculpture et j’enseigne la céramique à travers différentes formules. J’adore ma profession (oui, oui !) et j’aimerais vous expliquer pourquoi et comment j’en suis arrivée là.

« Cet article participe à l’événement inter-blogueurs « J’adore mon job, je vous dis comment j’y suis parvenu-e ! organisé par Anne-Claire du blog Bouge Ta Vie Pro , un blog qui vous invite à enchanter et réenchanter votre vie professionnelle. Allez vite y faire un tour !  J’ai d’ailleurs particulièrement apprécié « https://bouge-ta-vie-pro.com/equilibre-vie-pro-vie-perso/ »

Pourquoi le métier de céramiste est si passionnant ?

Pétrissage – crédit photo : Émilie Coquil

Le métier de céramiste est d’abord un métier manuel. C’est avant tout une fascination pour la terre, son toucher, ses effets de matière, ses étapes de transformation qui rendent à mes yeux cette profession si riche de savoir. Chaque céramiste peut amener sa touche personnelle, car l’argile est un terrain d’exploration infini.

Lorsque je crée des petites séries de bijoux ou d’objets décoratifs, je répète des gestes jusqu’à atteindre une certaine maîtrise et une compréhension des matériaux. Et pourtant chacune de ces pièces m’amène ailleurs.  Je les imagine comme des petits fragments de paysages qui se seraient égarés dans nos maisons, j’exprime ainsi tout mon amour de la nature !

Lorsque je réalise des commandes à partir de photographies, j’immortalise l’image d’un être cher ou d’un souvenir sur la porcelaine.  Le contact humain devient très particulier, les gens se livrent et me font confiance. Les personnes me partagent leur histoire familiale, c’est très précieux ! Je me sens alors investie d’une véritable mission. Je m’attache à traduire leurs souvenirs en œuvre d’art et à les faire perdurer pour qu’ils traversent les générations.

Aussi j’ai besoin de défis et ce métier en amène tous les jours. Enseigner a été un premier gros défi car je suis plutôt réservée. Aujourd’hui c’est de transmettre ce métier-passion sur le blog neo-ceramistes.com. Cela me pousse à sortir de ma zone de confort et à apprendre de nouvelles manières d’expliquer la pratique aux autres, de partager aussi mon propre apprentissage de la matière.

Comment j’en suis arrivée là ?

Je suis d’abord devenue graphiste. J’ai étudié dans une école Parisienne, puis j’ai voyagé et travaillé principalement dans le milieu culturel à Montréal. Mais alors que j’atteignais enfin mon rêve de travailler pour des artistes, je commençais doucement à remettre en question le sens de mon travail. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Ma poterie fissure au séchage : 5 erreurs à éviter
sculpture Jean-pierre Larocque
sculpture Jean-pierre Larocque

C’est juste à ce moment là que j’ai eu un coup de cœur pour le travail d’un sculpteur, Jean-Pierre Larocque. Or, il était professeur à l’université. J’ai commencé à suivre ses cours comme étudiante libre. Il n’y avait aucun plan de carrière, simplement le besoin de d’exprimer ma créativité librement.

Ensuite j’ai commencé à entrevoir la possibilité d’en faire une profession et je me suis inscrite 2 ans à temps plein au Centre de céramique Bonsecours pour connaître les gestes du métier. Puis je me suis spécialisée en technique d’impression sur céramique et sculpture à l’université tout en continuant mes activités de designer.

Les années suivantes, j’ai cherché la formule qui fonctionnait pour moi. Ça m’a demandé de nombreuses remises en question et du temps pour dépasser certaines peurs. J’ai longtemps cru qu’exercer une seule activité professionnelle était la norme.

J’ai commencé à enseigner la céramique dans un atelier boutique. C’était une très bonne façon de voir “comment ça se passe derrière le miroir” dans une entreprise déjà mature. Mais je ne me voyais pas lancer mon entreprise et produire des pièces utilitaires en série.

Alors j’ai encore creusé en moi, pour comprendre ce qui m’animait vraiment. J’ai testé différentes formules : art-thérapeute bénévole, enseignante salariée, coordonnatrice d’ateliers, participante à un incubateur, puis finalement artiste entrepreneure et blogueuse.

C’est vraiment en multipliant les expériences, les contextes professionnels et les rencontres que j’ai fini par comprendre qu’il n’y avait pas de formule parfaite.

Je savais que j’étais très sensible à la beauté des choses. Mais c’est en sortant des chemins battus que j’ai compris une chose : l’humain donnait du sens à mon métier. Il ne s’agissait plus alors de choisir un seul type d’activité mais de créer une offre qui ait le potentiel de redonner du pouvoir à la personne : soulager des personnes par l’art, sublimer des souvenirs, ou plus simplement transmettre le plaisir de travailler l’argile et celui de vivre de ses créations.  

 

Que m’a apporté cette reconversion ?

J’ai appris à mixer intelligemment plusieurs activités en une. C’était une grosse surprise, on ne repart pas à zéro ! J’ai ainsi trouvé des manières de “recycler” mes compétences dans une nouvelle activité. Par exemple, je mêle nouvelles technologies et gestes de potier en imprimant de façon artisanale des images numériques sur la porcelaine.​​ Je me sers aussi de mes compétences en web et communication pour faire connaître mon travail. Ça donne beaucoup de variété à mes activités.

J’ai découvert que j’avais un entourage généreux et passionné qui m’apportait énormément. Il y a une véritable entraide entre entrepreneurs et artisans que je n’aurais pas soupçonné autrefois. À l’inverse j’ai aussi dû apprendre à rebondir et ne pas m’attarder quand l’incompréhension prenait le dessus. C’est vraiment dommage de rester piégé dans une situation professionnelle qui ne nous convient pas !

De plus, j’ai désacralisé les diplômes et le parcours tout tracé !  J’ai compris que je pouvais continuer à me former sans passer par l’école grâce aux cours en ligne et aux rencontres avec d’autres entrepreneurs. Les études peuvent être longues et cher (aussi au Québec !) mais il existe de nombreuses alternatives  de formations plus souples en ligne. Aussi j’ai pu exercer sans être à temps plein avec succès, il n’y a pas de règles !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  5 étapes au colombin pour comprendre les bases de la poterie sans tour

Aujourd’hui j’ai encore de gros défis devant moi ! Déléguer pour me concentrer sur l’essentiel par exemple ! Mais j’adore ce que je fais, et j’apprends chaque jour.

Si vous êtes à l’étape de la réflexion, dans un nouveau départ professionnel, ou même dans le tourbillon du changement, je voudrais que vous reteniez une chose de mon témoignage : le jeu en vaut la chandelle !

Trouver ce qui nous anime à l’intérieur,
ça n’a pas de prix.

Et vous qu’est-ce qui vous passionne dans la céramique ? Est-ce que vous en feriez votre métier ? Et qu’est-ce qui vous en empêche encore ? Laissez-moi un commentaire en bas de cette page, je pourrais peut-être vous aider à atteindre votre rêve plus vite ! 👇

 

Partager l'article
  •  
    1
    Partage
  •  
  • 1
  •  

2 commentaires

  • veronique koenig

    Coucou et merci pour ce passionnant parcours, perso je suis dan la création depuis toujours, j’ai actuellement une boutique de créateurs et je souhaite depuis longtemps me former à la céramique, le moment est venu pour moi, je ne trouve malheureusement pas de formation à côté de chez moi, ni même de cours, juste une initiation, mais je veux plus qu’une initiation !!!!!!!!!! si tu as des infos pour des cours de qualité en ligne dis moi
    Merci et à bientôt

    • Émilie C.

      bonjour Véronique, c’est un super projet ! Et le fait que tu ais déjà une boutique est un énorme atout. Sache que je planifie de monter une formation dans les prochains mois que je souhaite suffisamment complète pour pouvoir travailler en autonomie à l’atelier. D’ici là n’hésites pas à télécharger mon guide pour commencer à pratiquer rapidement, suivre les articles du blog, et bientôt la chaine Youtube. À bientôt !

Laissez vos commentaires et questions, j'y répondrai avec plaisir !